Infos pratiques

Infos pratiques

Informations pratiques sur le tour d'Europe à vélo

L'Europe à vélo : le point "Informations pratiques".

Si le carnet de voyage ou les photographies de notre voyage à vélo à travers l’Europe vous ont donné l’envie de vous lancer à votre tour, voici quelques informations pratiques, à propos des itinéraires, du matériel, du logement ou encore des moyens de transport, qui pourraient vous être utiles.

L'itinéraire.

Afin d’établir notre itinéraire en amont et au fil du voyage, nous avons utilisé toutes les ressources mises à disposition par le réseau européen de routes cyclables Eurovélo.

Comptant pas moins de 15 routes cyclables internationales, certifiées ou encours de construction, traversant le continent du nord au sud, d’ouest en est et inversement, ces véloroutes vous permettront de vous rendre dans la majorité des plus beaux recoins de l’Europe en empruntant des itinéraires balisés, pour la plupart sécurisés, en traversant des panoramas plus beaux les uns que les autres.

Pour ce tour d’Europe, nous avons emprunté plusieurs Eurovélos routes :

> la véloroute 1 (autrement appelée La Vélodyssée),
> la véloroute 4 (dites La véloroute de l’Europe centrale),
> la véloroute 15 (ou Véloroute du Rhin),
> la véloroute 6, qui va de l‘océan Atlantique jusqu’à la mer noire.

Vous trouverez tout le détail sur ces itinéraires cyclables en quelques clics sur cette page.

Nous avons également beaucoup utilisé l’application mobile de navigation pour vélo Naviki, afin de nous orienter facilement et éviter les grands axes de circulation, notamment quand nous avions quitté les véloroutes. A noter que l’application mobile Maps.me propose également des itinéraires à vélo, avec l’avantage de pouvoir télécharger des cartes avant le départ, ce qui minimise l’utilisation des données cellulaires en cours de route.

Pour en savoir plus sur les itinéraires cyclables en Europe et en France, mais également sur les GPS pour vélo, n’hésitez pas à consulter les sites suivants :

Pour ce qui est de la saison à laquelle vous vous lancerez dans votre périple à vélo, son choix a toute son importance et pourra amplement influencer votre quotidien… Nous avons choisi de partir fin août afin de bénéficier sur la première partie de l’été indien ; passée la première semaine de beau temps, nous avons essuyé pluie, vent, orages et temps d’automne les deux semaines suivantes. Avant de retrouver une météo plus clémente à l’est des Pays-Bas et en Allemagne. Partis avec un matériel plutôt estival, nous avons du acheter en chemin quelques extras afin de parer à la chute brutale des températures le jour et surtout une fois le soleil couché (nous avons passé certaines nuits sous la tente, où la température n’excédait pas 3 à 4 degrés).

L’avantage de l’été sera bien évidemment son temps plus clément et ses journées plus longues, avec comme inconvénient principal les foules touristiques aux abords des côtes, grandes villes, etc. Désagrément que vous ne connaitrez pas au printemps et en automne : cela dit, ces deux saisons peuvent être froides et surprenantes, en termes de météo.

Le matériel.

Avant de partir sur un voyage à vélo sur les routes d’Europe, il nous a paru important de bien préparer notre aventure afin de possiblement minimiser les mauvaises surprises et autres pépins, notamment au niveau du matériel.

Après de nombreuses recherches sur le net et de conseils glanés auprès d’aimables conseillers et conseillères, nous avons donc dressé une liste du matériel nécessaire, que ce soit au niveau des vélos et accessoires connexes, du matériel de camping et de randonnée ou encore, du matériel photo et vidéo.

Vélos & accessoires.
Les marques de vélo qui nous ont équipé pour ce tour d'Europe à vélo

Nous avons porté notre choix sur deux vélos de la marque Specialized : le Crosstrail pour Damien et sa version féminine, l’Ariel, pour Clarisse.

VTC Crosstrail de Specialized
VTC femme Ariel de Specialized

Il s’agit de deux VTC en aluminium (moins résistant que l’acier mais plus léger) avec transmission Shimano et freins V-Brake, qui nous ont rendu de fiers services durant les 2.200 kilomètres de notre aventure. Pas une fissure, pas un souci technique (hormis un léger problème au pédalier pour Damien, en toute fin de parcours) et surtout, un confort de pilotage incroyable. Nous avons fait le choix de prendre des vélos semi-suspendus, avec possibilité de bloquer la fourche : nous ne l’avons pas regretté, surtout dans les passages caillouteux, sablonneux ou un peu rock’n’roll.

Côté pratique, nous avons équipé les deux VTC de gardes-boue et d’une porte-bagages Specialized.

Pour ce qui est des sacoches, nous avons opté pour deux systèmes différents, afin de pouvoir emmener tout le matériel nécessaire, en n’ayant un système de portage qu’à l’arrière des machines. Clarisse a choisi une paire de sacoches Ortlieb étanches ; quant à Damien, son choix s’est porté sur les sacoches Karakorum de la marque Vaude, système ingénieux qui permet de désolidariser le 3 sacoches et d’obtenir un sac à dos, très pratique pour les visites à la journée, lors des pauses citadines ou autres.

Sacoches vélo Ortlieb Roller City
Sacoches vélo Vaude Karakorum

Pour ce qui est de notre sécurité sur les vélos, nous nous sommes équipés de deux casques : un Rockrider VTT 500 de chez Decathlon pour Damien et un Hyban Core de la marque Abus pour Clarisse. Les pneus de nos VTC étant équipés de bandes réfléchissantes, nous avons simplement acheté un kit de lumières à LED par vélo, légères et robustes, afin d’être vus de loin les jours de pluie ou en fin de journée. Par ailleurs, nous avions pris soin de prendre un t-shirt orange fluo, pour les étapes où il nous fallait rouler sur des routes fréquentées par des automobilistes.

Nous avons également embarqué avec nous tout le nécessaire de réparation, à savoir une pompe, des chambres à air de rechange, des rustines, des outils pour effectuer des réparations rapides, une burette de lubrifiant pour les chaînes, des freins de rechange, etc.

Enfin, dernier point : le GPS. Afin de disposer de ce dernier de manière sécurisée lorsque nous en avions besoin, nous avons installé sur l’un des vélos un système de support smartphone de la marque Zéfal : la Z console universal L. Pratique et stable, elle permet de disposer du smartphone de manière visible sans entraver la conduite, grâce à un système d’accroche facile d’utilisation.

Nos vélos lors du tour d'Europe à vélo
Matériel de bivouac et de camping.
Marques de matériel de camping

En nous penchant sur la question du matériel de bivouac, nous avons du trouver le juste compromis entre poids et confort : en effet, si nous ne souhaitions pas surcharger nos vélos, il nous est rapidement apparu qu’une certaine dose de confort serait essentielle, ne serait-ce que pour bien récupérer des longues heures sur la selle. Nous avons donc pris du matériel léger et robuste, tout en restant dans une gamme de prix abordable.

Ainsi, nous avons embarqué une tente deux places Quick Hiker 2 de la marque Quechua : celle-ci présente l’avantage d’offrir un espace de vie « conséquent » tout en étant relativement légère (2,7 kilogrammes) pour de la randonnée à vélo, peu encombrante une fois pliée et surtout, rapide à monter. Elle a bien tenu le vent et la pluie et nous n’avons jamais eu de souci à déplorer. Pour le couchage, nous avions :

> deux matelas gonflables NeoAir Venture de la marque Thermarest (légers, compacts et confortables),
> des sacs de couchage Millet et McKinley,
> un liner Thermolite Extreme de Sea to summit pour les nuits froides et deux oreillers gonflables Quechua.

Tente Quechua Quick Hiker 2
Matelas Thermarest NeoAir Venture
Drap Thermolite Reactor Extreme Sea to summit
Réchaud MSR Pocket Rocket 2

Pour préparer nos repas, nous avons opté pour la marque MSR : le réchaud Pocket Rocket 2 (ultra-efficace et léger) muni de sa bonbonne de gaz IsoPro et la casserole Alpine Stomaway, idéale pour tout type de cuisson, du moment que vous avez avec vous une petite fiole d’huile d’olive. Solides et fiables, tous ces accessoires de chez MSR nous ont servi de bien belle manière tout au long du voyage.

Matériel photo & vidéo.

A propos du matériel photo et vidéo, nous sommes partis avec deux appareils photo, une caméra et un stabilisateur : c’était pour nous la formule minimale pour ramener de ce voyage des images de qualité. Nous avons donc pris la route, dans nos sacoches :

> un reflex Canon 600D équipé d’un objectif Sigma 17-50mm à ouverture constante f/2.8,
> un compact Canon SX600 HS,
> une caméra d’action YDOL de la marque française Dolycam,
> un stabilisateur à main Feiyu G4 QD.

Appareil photo reflex Canon 600d
Objectif photo Sigma 17-50mm
Stabilisateur Feiyu G4 QD
Caméra d'action Dolycam YDOL
Appareil photo compact Canon SX600

Nous avons également emporté avec nous une batterie rechargeable Choetech B617Q : bien qu’un peu lourde, elle dispose d’un format réduit et nous a permis de recharger nos téléphones portables, batteries de caméra et autres de nombreuses fois, lorsque nous passions la nuit à l’extérieur.

Le logement.

Si vous partez plusieurs semaines sur la route pour un voyage itinérant, plusieurs solutions de logement s’offriront à vous : camping, hôtels, auberges de jeunesse, Airbnb, chambres d’hôtes, connaissances et relations, camping sauvage, etc. Nous avons opté pour une formule comprenant nuits en tente dans des campings, nuitées réservées sur Airbnb et hôtels (notamment dans les villes que nous avons visitées) : cela nous a permis de faire des économies les soirs où nous dormions sous la tente tout en observant un repos salvateur les nuits où nous avions un toit sur la tête.

Pour ce qui est des campings, selon les pays d’Europe où vous désirez vous rendre, renseignez-vous au préalable : certains – comme les Pays-Bas – disposent de réseaux de campings certifiés pour le cyclo-tourisme, ce qui vous permettra de bénéficier de possibles réductions tarifaires et d’équipements en accord avec votre mode de voyage (laveries, etc).

Vous pouvez également utiliser des réseaux communautaires dédiés aux voyageurs comme Couchsurfing ou encore, beaucoup plus proche de l’esprit voyage à vélo, le réseau Warmshowers, spécialement pensé et conçu pour les cyclo-touristes : 10 minutes pour vous inscrire et remplir votre profil et vous pourrez contacter des centaines d’hôtes prêts à vous accueillir gratuitement. Seul bémol : prenez un peu d’avance (genre la veille ou l’avant-veille) pour contacter vos futurs hôtes, au risque de vous retrouver le bec dans l’eau.

Airbnb est une solution certes payante mais qui offre la possibilité, à condition que vous cochiez l’option Chambre privée, de dormir chez l’habitant et de possiblement faire des rencontres qui rendront votre voyage enthousiasmant.

Couchsurfing pour le logement du voyage à vélo
Warmshowers pour le logement du voyage à vélo
Airbnb pour le logement du voyage à vélo

Les auberges de jeunesse (qui présentent l’avantage de fonctionner pour la plupart en réseau) sont également une solution avantageuse : pour un coût modéré en moyenne, vous dormirez au chaud et au sec. D’ailleurs, nous ne pouvons que vous conseiller, si votre route passe par Schaffhausen en Suisse, de prendre votre nuitée à l’auberge de jeunesse qui surplombe les Chutes du Rhin !

Les modes de transport.

Si vous désirez planifier certaines liaisons durant votre parcours, atteindre un point de départ ou d’arrivée avec votre vélo, sachez que les solutions de transport sont à la fois variées et peu nombreuses : en effet, le vélo souffre encore de nos jours d’un certain manque de reconnaissance. Si la plupart des compagnies ferroviaires européennes acceptent les vélos à leur bord (moyennant ou non un complément financier), la plupart des sociétés de transport en bus vous refuseront l’entrée de leur autocars, pour la simple raison qu’ils n’auront pas le matériel nécessaire au transport de votre compagnon de voyage à deux roues.

En Allemagne, nous avons plusieurs fois utilisé les services de la compagnie de voyages en bus Flixbus qui, en plus de proposer des tarifs avantageux, possèdent des équipements permettant d’embarquer les vélos. Seule prérogative : arriver un peu en avance, afin d’installer les vélos à l’arrière du car. A noter que nous avons également fait un trajet en France avec Flixbus et nos vélos, mais le bus arrivait d’Allemagne.

En France, la SNCF accepte le transport des vélos non démontés dans les TER et certains Intercités : il vous faudra vous renseigner au préalable. Pour ce qui est des TGV, c’est plus compliqué. Il vous faudra également vous renseigner au cas par cas auprès des autres compagnies de transport ferroviaire européennes : par exemple, nous avons pu voyager avec nos vélos sans aucun souci en Autriche, moyennant un petit supplément tarifaire.

SNCF
Flixbus

Divers.

Si vous êtes soucieux de la sécurité de votre monture, vous pouvez profiter du système de marquage Bicycode, qui permet d’identifier votre vélo dans un fichier national et de dissuader les possibles voleurs. Ou de vérifier qu’un vélo que vous souhaitez acheter d’occasion n’a pas été volé !

Le marquage de vos vélos avec Bicycode

D’ailleurs, au sujet de la sécurité des vélos, nous avions embarqué là aussi le meilleur compromis à nos yeux entre poids et efficacité réelle et dissuasive, à savoir deux antivols en U (dont un avec Zéfal avec câble supplémentaire) pour attacher les vélos à un support fixe et les attacher entre eux et un antivol à spirales, pour attacher les roues.

Anitvol BTwin 740
Antivol à spirales BTwin
Antivol Zefal U13

Harnachée sur les sacoches de Clarisse, nous avons également emporté une petite guitare de voyage Cort Earth Mini en Mahagony, ce qui nous a permis de jouer de la musique au gré de nos journées de voyage, dans les rues des villes comme Bregenz, sur les bords du lac de Constance, pour nos ami(e)s rencontrés sur la route ou encore, chez celles et ceux qui ont eu la gentillesse de nous offrir le gîte et le repas, le temps d’une nuit.

Guitare de voyage Cort Earth Mini

Conclusion.

Nous avons couché sur cette page une liste non-exhaustive d’informations qui pourraient vous aider à préparer votre propre voyage. Il s’agit d’informations transmises en retour de notre propre expérience, qui ne sont là que pour aiguiller et ne sauront remplacer vos propres recherches, essais et investigations en termes de matériel, d’organisation et d’itinéraires.

Si vous avez des questions dont les réponses sont absentes de cette page, n’hésitez pas à nous contacter : nous nous ferons un plaisir de vous répondre dans les meilleurs délais.