Le tour d’Europe à vélo

Le tour d’Europe à vélo

Carnet de voyage de notre tour d'Europe à vélo

Le tour d'Europe à vélo : carnet de voyage.

PRÉAMBULE | Retrouvez toutes les photographies de ce carnet de voyage à vélo à travers l’Europe sur cette page.

Nous avions besoin d’air.
De partir.

De laisser pour quelques temps une route quotidienne prévisible et balisée pour des sentiers inconnus, plus incertains. Mais, définitivement plus vivants.

Partir. Quitter la terre ferme des journées qui ressemblent les unes aux autres. Fermer les yeux et imaginer le goût subtilement salé de la Mer du Nord, déposé par les embruns sur nos lèvres. Sentir la caresse du vent frôlant la surface aux mille reflets des chenaux hollandais. Et pouvoir presque toucher du bout des doigts les neiges assoupies depuis des décennies sur les arêtes des montagnes du Tyrol.

Brûlants de ces envies de découvrir d’autres perspectives, nous avons harnaché des sacoches et une guitare aux porte-bagages de nos vélos et nous sommes partis pour un voyage à travers l’Europe.

Ce projet un peu fou, nous lui avons donné un nom : l’Echappée.

Ainsi, nous avons refermé la porte de notre appartement un lundi matin du mois d’août et sommes partis à l’aventure, sans savoir de quoi demain serait fait ni même parfois, le jour même. Nous avons parcouru plus de 2000 kilomètres à vélo, regardé des paysages inconnus défiler par le carreau d’un train ou d’un bus et finalement, avons passé deux mois sur la route, à vivre l’instant présent tel qu’il venait à nous. Avec ses rires, ses doutes, ses instants d’abandon et de fatigue intense, ses espoirs, ses attentes et ses rares infortunes. Mais surtout, la magie quotidienne de vivre ensemble une aventure hors du commun, hors du temps et hors des habitudes. De partager des moments privilégiés, qui lient bien plus qu’ils ne délient. Et de prendre un peu de hauteur sur la vie et toute la beauté dont elle recèle mais à côté de laquelle on est bien parfois tentés de passer, trop pris par des obligations qui finalement, n’en sont pas.

L'Europe à vélo | Chapitre 1. Les paysages.

Sans un regard en arrière, nous sommes partis, par une journée ensoleillée de la fin du mois d’août. Trop pressés de respirer à pleins poumons l’air frais de cette nouvelle histoire qu’il nous restait encore à écrire. Et de retrouver, dans le rythme de roues qui tournent, celui de nos propres vies.

Dans la mélodie que chantait le vent dans nos oreilles résonnait comme un appel : celui de ces paysages que nous avions aperçus du coin de l’œil au gré de diverses photographies, qui ne demandaient qu’à se déployer et prendre vie sous nos yeux brillants à l’avance, d’un émerveillement presque enfantin. Ces infinis impalpables dans lesquels nous allions plonger nos regards, comme sous la surface d’une mer aux mille reflets.

Des falaises déchirées de la Côté d’Opale, frappées par les assauts incessants d’un océan avide d’éphémères, jusqu’aux grèves limpides du Rhin, entouré de ses vignobles accrochés au flanc de collines verdoyantes, nous avons voyagé sur les paisibles rivières de la beauté du monde. Nous avons cru pouvoir nager dans le ciel bleu des montagnes autrichiennes et oublier, le temps d’un souffle au milieu de ces cimes irréelles, le grand fracas de l’univers. Dans la myriade de lumières qui brillaient à la surface des canaux hollandais, bordés de forêts insondables, dans les vallées ombragées d’une Bavière embrumée d’une poésie n’ayant plus besoin de ses alexandrins, nous avons recueilli des trésors presque oubliés : ceux d’instants pétris d’une poussière aux parfums d’éternité. Qui amènent à songer que toutes les œuvres de l’Homme, aussi grandes soient-elles, ne vaudront jamais celle d’une Nature pour qui la beauté est une évidence pleine de simplicité.

Des lacs immenses jetés aux pieds des Alpes suisses et allemandes, nous avons contemplé les quelques traces que laisse le temps qui passe à ceux qui essaient de le retenir au creux de leur main. Des chutes du Rhin au bas de la citadelle de Schaffhausen s’est échappé, du tumulte des eaux, le discret mais majestueux chant d’un monde qui ne cessera jamais d’exister, ni de tendre vers un absolu fait de grandeur et d’évidence, à la fois.

Paysages du Tour d'Europe à vélo

Immergés dans les nuances grises et noires de ciels trop lourds, qui finissaient par se dissoudre dans les lignes mouvantes de ces routes au loin, ou inondés par les lumières réconfortantes d’un soleil parfois timide, parfois vivifiant, nous avons roulé au gré d’architectures surprenantes, d’ambiances sans cesse renouvelées et de panoramas plus beaux les uns que les autres. De ceux qui font poser le pied à terre pour mieux prendre le temps de goûter les saveurs de la vie. De son passé, de son présent et de son avenir. Comme pour mieux écouter les mélodies entourées de pudeur et le bruit feutré d’une Nature plus riche qu’un millier de souverains. Et sentir grandir en soi l’apaisante sensation d’être vivant. Au bon endroit, au bon moment de son propre chemin.

L'Europe à vélo | Chapitre 2. L'aventure.

Partir. Vers où ? Vers quoi ? Sûrement vers d’autres horizons, que ceux qui obscurcissent un quotidien parfois trop limpide. Vers un autre soi-même, plus en accord avec les battements d’un cœur qui ne demande finalement qu’à vivre. Vraiment.

Hormis notre première semaine de voyage, nous avons décidé de suivre un itinéraire volontairement vague, seulement tracé par les villes et campagnes que nous souhaitions découvrir, par les pays que nous voulions traverser, par les voies que nous désirions suivre et les personnes que nous avions hâte de revoir ou de rencontrer. Nous laisser porter au gré des journées, des éventuelles rencontres et surprises, de nos envies comme des vents contraires, des pluies diluviennes, du froid mordant et des heures ensoleillées, gorgées d’une chaleur bienfaisante.

Nous avons pu ainsi nous adapter peu à peu au rythme parfois déstabilisant d’une aventure mouvante, loin de chez nous, sans jamais dormir sous le même toit deux soirs d’affilée. Hormis quand le besoin de souffler un instant se faisait ressentir. Pour mieux repartir. Ou simplement, pour profiter pleinement d’une ville, d’une région, d’une atmosphère. Et de goûter, telles des abeilles étourdies par les premiers jours d’un printemps qui n’en finissait plus de se faire attendre, aux multiples plaisirs de rues de Karlsruhe. Du calme reposant de Baarlo, des ambiances colorées de Munich ou encore des horizons ceinturés de la belle Insbrück, cachée au creux de ses montagnes vertigineuses, traversée par une rivière aux couleurs captivante : l’Inn.

Le quotidien de l'aventure du tour d'Europe à vélo

S’habituer aussi à la fatigue, cette compagne exigeante. La faire sienne pour mieux la dépasser, tout en sachant qu’elle est là. Au bout de la route, à la fin de la journée. Tendant ses bras vaporeux chargés de lassitude, qui donne parfois envie de baisser un instant les siens. Il suffit néanmoins d’un instant, d’un geste, d’un regard ou d’un mot de l’Autre pour se rappeler, qu’en dépit des courbatures et des douleurs réside en cette expérience la chance unique de vivre mille journées en une seule. De ressentir la frénésie silencieuse d’une vie nomade, constellée de cette magie et de ces lumières que l’on aperçoit parfois, dans son quotidien, qu’à l’ombre des rêves de « plus tard », des espoirs silencieux « d’un jour, peut-être ».

Malgré la routine matinale des préparatifs, nos journées se suivaient mais ne se ressemblaient pas. Elles pouvaient être inondées de pluies, ou baignées de soleil. Fouettées par des vents contraires, ou bercées par une brise légère. Les petits villages rythmaient nos pauses, les bancs posés sur les rives des rivières, nos arrêts. Fermer les yeux et écouter la mélodie presque inaudible d’un fleuve qui coule vers son terme fait que le reste de l’univers s’efface pour quelques instants : on y puise une force nouvelle en se connectant soi-même et au moment présent. Pour mieux repartir.

L'Europe à vélo | Chapitre 3. Les rencontres.

Les rencontres. Ces instants à la fois fragmentaires et uniques qui marquent une vie et une mémoire du sceau de l’impérissable…

Certaines circonstances, certaines évidences ont fait que nous n’avons pu faire autant de rencontres que nous l’avions espéré, au moment de nous élancer sur la route. Mais, celles que nous avons pu vivre portent en elles d’innombrables reflets, comme lorsque la lumière s’immisce au cœur d’un joyau, en un millier d’éclats étincelants.

Trija et Prajol, Elise, Florian et leurs filles, Alex, Julie, Oli, Sab et Lexi, la dame de la caravane et son mari, Sabine, le couple de la pizzeria de Karlsruhe, … Tous ces visages qui appellent aujourd’hui des souvenirs, des instants de partage et d’humanité, qui marquent forcément une grande aventure. Et qui amènent à se rappeler que si le monde n’est pas seulement pavé de nobles desseins, il se retrouve au fil des pages d’un livre sans épilogue : celui de nos vies. Un recueil dont l’on tourne parfois les pages une à une, du bout des doigts, avec l’envie de connaître et d’écrire la suite. Tout à l’émotion d’avoir eu la chance de croiser la route de certains personnages, plus attachants que d’autres, plus significatifs et plus inspirants.

Et d’avoir finalement partagé avec eux un peu plus que des souvenirs.

L'Europe à vélo | Chapitre 4. Le voyage à deux.

Rouler dans des panoramas grandioses et sentir le regard de l’Autre, portant dans les mêmes directions, vers les mêmes horizons. Comme une allégorie de la vie.

Se retourner, échanger un sourire et oublier en un instant les petits tracas d’un quotidien sur la route, parfois exigeant. Et sentir dans ce sourire tout le plaisir d’un moment présent intense et partagé, qui transcende en un sens la fatigue et les soucis. Ou encore, être seuls au monde au beau milieu du tumulte de la vie, assis sur un banc sur les bords du Rhin.

Moments et partage sur l'Europe à vélo

Voyager à deux est une aventure dans l’Aventure elle-même. Peut-être la plus belle partie. La plus exigeante, mais au-delà des différences de perception et de vécu, sûrement la plus riche, d’enseignements, d’humilité et d’avenir. Car, en arriver à savoir au plus profond de soi-même qu’il n’y a aucun chemin dans le monde que l’on souhaiterait fouler sans sentir l’Autre à ses côtés, ne serait-ce que par la pensée, est une chose aussi douce que le son cristallin des vagues. Elles qui, inlassablement, déversent leurs écumes étincelantes avant de retourner à l’immensité de l’océan.

Nous sommes partis sur ce tour d’Europe avec quelques mois de vie commune dans nos bagages : nous en sommes revenus avec un vécu tissé de partage, de haut et de bas, de rires et de larmes mais surtout, d’espoir, d’authenticité et de possibles. Au creux des jours qui passent et des kilomètres qui défilent, le voyage à deux divulgue son lot de vérités et d’évidences, qui composent au final une mélodie unique. Une musique au creux de laquelle se retrouvent les deux êtres qui en ont été l’inspiration. De cette virée de deux mois à travers l’Europe nous puisons chaque jour une force nouvelle. Celle de savoir qu’à deux, les problèmes sont autant d’occasions de changer d’angle de vue, de transformer le présent pour bâtir un futur plus large, débordant de possibles.

Conclusion

Les mots sont toujours quelque peu orphelins quand il s’agit de retranscrire la profondeur d’une aventure et les mille images qui viennent à l’esprit de celle ou celui qui cherche à les coucher brièvement sur le papier.

De ces semaines sur la route, nous avons ramené des souvenirs impérissables où virevoltent ensemble la beauté à la fois éphémère et éternelle du monde qui est le nôtre, la diversité des cultures qui ont fait et font encore aujourd’hui la richesse de l’Europe et la liberté d’une vie nomade, avec pour seule destination l’instant présent.

Notre planète est vaste et pourtant, il n’est nul besoin de la parcourir en ses quatre directions pour en goûter ses saveurs exquises : nul n’est plus aventurier que celui qui quitte un instant le confort de son quotidien pour les horizons incertains et miroitants de l’inconnu, peu importe sa destination.

Carte et trajets de notre voyage à vélo en Europe
Photographies du Tour d'Europe à vélo

Si vous avez des questions sur ce voyage à vélo en Europe, sur la préparation ou les itinéraires, n’hésitez pas à nous contacter via le formulaire de contact.

0
mois de voyage.
0
pays traversés.
0
kilomètres.
0
photographies.

Tour d'Europe à vélo | Informations pratiques.

Si ce carnet de voyage sur notre tour d’Europe à vélo vous a donné envie de vous lancer à votre tour sur les routes d’Europe, nous avons compilé quelques informations pratiques (itinéraire, matériel, logements, modes de transport, etc) qui pourraient vous aider à préparer votre propre aventure.